Toxicité

La question se pose à nous souvent les potiers/céramistes…

Est-ce que je fais une activité dangereuse pour les autres, pour la nature et pour moi ?

Et la réponse est …. Oui !

Comme skier, conduire une voiture ou marcher dans la rue peut-être dangereux.

logo-tete-de-mort-orange  Liste des dangers  logo-danger-toxique

Parlons en premier de nous … non ? Surprised smile

  • La silice: élément constant dans toutes nos manipulations. Il y en a partout, dans la terre, les émaux, les engobes.
    Nos ateliers en contiennent beaucoup et nous en respirons.
    L’accumulation de silice dans l’organisme peut provoquer la silicose.
    Pour s’en prémunir la première protection est un masque efficace (pas en papier, voir liste matériel) lorsque l’on émail au pistolet, que l’on prépare des émaux en quantité, si on doit poncer des pièces, quand on émaille au pistolet,  voire quand on passe le balai.
    A ce sujet, on ne passe pas d’aspirateur dans un atelier !
    Je n’ai pas vraiment de solution pour nettoyer un atelier, si on mouille, on colle la poussière qui ressurgie dès que c’est sec. Le mieux est de pouvoir passer un grand coup d’eau au sol et de  passer une raclette, mais on ne peut pas faire ça partout…
    Au fait, si vous avez un chien, un chat, …. ne le laissez jamais rentrer dans votre atelier ! Il respirera près du sol et des poussières, c’est sympa pour le ménage mais pas pour ces poumons !
  • Les oxydes céramiques:
    Le cobalt, le baryum, le cadmium (entre-autres) font partie des plus toxiques et bien d’autres ne sont pas inoffensifs.
    Ceux-ci sont dangereux pas inhalation, contact avec la peau et ingestion.
    Rassurez vous, un émail bien fait va fixer ces oxydes et les rendre inoffensifs.
    On ne manipulera JAMAIS les oxydes avec les doigts… ni une autre partie du corps Smile)
    Utilisez toujours des gants jetables latex, ou autre si vous êtes allergique, et à votre taille.
    On ne mange pas, ni ne fume dans un atelier… et on se lave les mains avant de le faire.
    Si vous en renversez, prenez des précautions pour le ramasser .
  • Le plomb: en plus de faire partie de la liste des oxydes décrits ci-dessus, commence à se volatiliser très tôt, dès 500°C.
    Si vous utilisez celui-ci, le four ne devra pas être proche de votre atelier ou devra comporter, dans un local indépendant, une ventilation renforcée.
    Sinon c’est vous qui le respirez et vive le saturnisme !
  • Les fours à gaz dégagent du monoxyde de carbone (CO). Gaz lourd et toxique.
    Les premiers symptômes sont étourdissement, maux de tête, évanouissement et mort Alien
    Les fours à gaz seront installés de préférence à l’extérieur. Dans le cas contraire achetez un détecteur de CO (pas de fumée !!) qui vous sauvera la vie (c’est du vécu !)
  • Les fours électriques ne sont pas inoffensifs non plus. Lors de la cuisson de nombreux dégazages se produise dans nos pièces. Il n’est pas sain de rester dans la même pièce qu’un four en fonctionnement, même électrique.

Parlons maintenant du danger que nous pouvons faire subir à nos clients, amis ou famille …. (hors belle-mère Winking smile)

  • Nous avons vu dans un article précédent qu’un émail était de la silice qui avait fondu.
    Lors de son refroidissement, elle va capter, s’associer, avec les oxydes contenus dans cet email.
    Si l’émail est mal conçu, la silice ne fixera pas tous les autres oxydes qui resteront libre après le refroidissement.
    Cela peut se traduire par des efflorescences de surface (ex : soude, potasse en forte proportion).
    Mais, pour du plomb mal fixé, il se retrouvera dans un contenu acide (ex : le jus de fruit que boira un enfant, le vin servi dans un pichet ou dans le fameux vinaigre du vinaigrier aux couleurs fluos acheté lors des dernières vacances en Tunisie – il n’y a pas qu’eux, il y en a plein aussi en France)
    Tout comme le plomb; le baryum, cobalt, cadmium, chrome,…etc. sont toxiques à partir de certaines concentrations dans un émail.
    Le problème se pose pour un objet à destination “alimentaire”, bien entendu !

  • La notion d’alimentarité : On entend par objet alimentaire une pièce destinée à recevoir un aliment ou une boisson.
    Cela ne veut pas dire qu’il est comestible …. désolé, Smile with tongue out blague facile,….

    cela signifie que:

    • l’aliment consommé, après avoir été en contact avec la pièce, ne contiendra pas d’élément capté dans la pièce céramique
    • et
    • qu’aucun aliment ne restera “prisonnier” de la pièce céramique après nettoyage (ex une pièce rugueuse ou tressaillée sur un tesson poreux)

Les limites de “tolérances” sont fixées par des lobbies des scientifiques qui estiment ce que nous pouvons endurer sans en souffrir.
C’est très subjectif… mais la loi est la loi !
Non je n’ai pas parlé des lobbies !!!-

Et enfin, parlons du plus important, la protection de notre environnement dont dépend notre survie 

Plusieurs types de pollution peuvent découler de notre activité:

  • Restes d’émaux inutilisés
  • Nettoyage du matériel
  • Gaz brulé des cuissons dans nos fours
  • Dégazages des émaux toujours lors des cuissons
      1. Restes d’émaux:
        Il est bien sur inconscient de jeter dans nos canalisations les restes d’émaux pouvant contenir des substances toxiques.
        Une méthode simple est d’utiliser un bac de débaguage. C’est un petit récipient ou nous collectons nos restes d’émaux.
        J’utilise un seau que je laisse ouvert en permanence pour que les restes sèchent au fur et à mesure de mes dépôts.
        Lorsque le seau est plein, je le verse dans un saladier en terre qui me permettra, lors d’une cuisson de vitrifier ces restes.
        Je peux ensuite jeter ce verre solidifié avec un impact moindre sur la nature.
      2. Nettoyage du matériel:
        On utilisera au maximum le bac de débaguage. Pour les émaux toxiques une feuille de papier essuie tout permet déjà d’essuyer les récipients et les pinceaux avant de jeter le papier à la poubelle.
        Pour la fin de nettoyage faite pour le mieux. On ne peut pas avoir un impact zéro avec ces produits là.
        Personnellement j’ai fait le choix de bannir de mon atelier tous les produits de ce genre.
        Les résidus de terre ne feront qu’encrasser vos canalisations. Il existe des astuces pour détourner l’eau de l’évier pour les faire passer par un bac de décantation (pour les bricoleurs).
      3. Gaz brulé des cuissons dans nos fours:
        Une cuisson au gaz, avec un réglage des bruleurs optimisé devra réduire l’impact de la pollution.
        L’usage de produits fossiles sera de toutes façons nuisible à l’environnement, l’électrique quant à elle, utilise l’énergie nucléaire …. pas de commentaire.
        Le bois sec est ce qui devrait être le plus écolo, mais rare ceux qui ont la chance de pouvoir cuire de cette manière – L’Ideal et mon futur projet: un four bois à post-combustion.
      4. Dégazages des émaux toujours lors des cuissons:
        Là, on ne peut pas l’éviter, à vous de ne pas être là pendant la cuisson.

Voila pour un petit tour d’horizon des précautions à prendre.
Nous verrons bientôt comment réaliser un émail non toxique.
Prenez ces quelques précautions pour une pratique en sécurité et on en reparle dans 30 ans.

A bientôt

1 commentaire sur “Toxicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *